La permanence et la métamorphose de l’horizon, là où le ciel touche la terre, le vide, l’épaisseur du silence qui naît de sa présence.

À moins que le regard ne se porte au delà, contemplatif, immobile, jusque dans son absence.

Go to top